Ce mardi matin (30/04/2019), nous nous sommes rassemblés au tribunal pour soutenir cinq personnes convoqués pour la démolition de la cabane, convoqués par la justice dans le cadre d’un référé réclamé par la préfecture.

Nous étions quasiment une cinquantaine de Gilets Jaunes qui attendions notre entrée dans le tribunal qui à été prévue à 10 heures.

Ce sont cinq d’entre nous qui se trouvaient sur le devant de la scène dans le cadre d’une assignation lancée par la préfecture du Gers portant sur la destruction de la maison citoyenne construit sur un délaissé de la R21 tout proche du rond-point des Justes.


Le président du tribunal, Eric L’Helgouac’h, donna en premier lieu la parole à l’avocat de la préfecture, Me Blaise Handburger. En résumé, ce dernier souligna la construction illicite du “cabanon” qui est situé sur un domaine routier ou sur domaine privé de l’État, que ce soit l’un ou l’autre cas, cela reste de la compétence du tribunal. Il revient donc, selon l’avocat, au tribunal de prendre la décision d’autoriser la préfecture à détruire le cabanon et d’expulser les occupants du site.

De leur côté, les cinq Gilets Jaunes, notamment par la voix de Joanna Liberty, contestèrent l’assignation et en demandèrent son rejet. Le Gilet Jaune en évoqua principalement deux raisons, à savoir que ce ne sont pas les personnes qui sont à la barre qui ont construit le cabanon et, d’autre part, dans le dossier de l’assignation, le cabanon est implanté sous le pont du rond-point des Justes où il n’y a rien,

« ce sera difficile de démonter quelque chose qui n’existe pas ».

Joanna Liberty révèle aussi

« que les Gilets Jaunes ne font pas les fortes têtes puisque nous acceptons de déplacer la cabane vers un terrain privé ou public ».

Le président du Tribunal conclura la séance en informant les parties que la décision sera prise le 21 mai prochain.

P1540985.JPG

A la sortie du tribunal.
P1540990.JPG

Poster un Commentaire

avatar